Les milices du Khalistan, serviteurs et usagers de l'Etat - Sciences Po Access content directly
Book Sections Year : 2008

Les milices du Khalistan, serviteurs et usagers de l'Etat

Laurent Gayer

Abstract

Le mouvement insurgé sikh qui a agité le Pendjab indien entre 1984 et 1995 trouve son origine dans des milices religieuses qui, entre 1978 et 1984, sont venues contester à l’État indien son monopole de la violence légitime, en puisant dans le "stock cognitif" à la fois théologique et épique qui structure les représentations de la violence dans la communauté sikhe. Animé par le prêcheur Sant Jarnail Singh Bhindranwale, ce mouvement a initialement bénéficié du patronage du parti du Congrès et, après le retour au pouvoir d’Indira Gandhi, de l’État fédéral. Dans un deuxième temps, une fois consommée la rupture entre les miliciens sikhs et l’État indien, c’est au Pakistan que la mouvance radicale sikhe a trouvé ses principaux soutiens étatiques. Les miliciens, puis les insurgés sikhs, ont cependant veillé à ne pas devenir de simples sous-traitants des services secrets pakistanais, à la fois pour conserver une marge de manœuvre et pour ne pas s’aliéner leur base sociale. Plutôt que d’instrumentalisation par l’État indien puis pakistanais des miliciens sikhs, c’est donc de « transactions collusives » entre des acteurs opérant dans des domaines à l’origine différents qu’il s’agit ici. Et plutôt que des partenariats stratégiques stabilisés, ces rapports collusifs ont engendré des configurations de pouvoir à l’équilibre précaire, toujours menacées d’"effondrement". [Début du chapitre]
No file

Dates and versions

hal-03398138 , version 1 (22-10-2021)

Identifiers

Cite

Laurent Gayer. Les milices du Khalistan, serviteurs et usagers de l'Etat : Chapitre 9. Laurent Gayer; Laurent Gayer; Christophe Jaffrelot. Milices armées d'Asie du Sud, Presses de Sciences Po, pp.267 - 294, 2008, 9782724610024. ⟨hal-03398138⟩
20 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More