Les Énarques en cabinets 1984-1996 - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Les Cahiers du CEVIPOF Year : 1997

Les Énarques en cabinets 1984-1996

(1)
1

Abstract

La Cinquième République est-elle définitivement marquée du sceau de la technocratie ? De nombreux discours savants et moins savants stigmatisent le système politique français pour sa propension à donner le pouvoir et tout le pouvoir à la haute fonction publique. Parmi ces hauts fonctionnaires, une catégorie particulière attise les polémiques et suscite bien des critiques : celle des anciens élèves de l’ENA. Partout présents, ils auraient investi tous les rouages de décision au premier rang desquels figurent bien entendu les cabinets ministériels. Pour tester la validité de ces assertions et pour vérifier dans quelle mesure la technocratie est un phénomène massif et irréversible, on a pris le parti d’étudier systématiquement l’évolution de la population des énarques en cabinets entre 1984 et 1996. On est donc ici au cœur du pouvoir d’Etat et dans la situation expérimentale la plus extrême pour mesurer l’évolution de la "technocratie". Cette recherche a aussi pour but de déceler les évolutions qui ont pu intervenir dans l’organisation et la dynamique des élites gouvernementales dans une période marquée par les alternances et les cohabitations. L’une des hypothèses sous-jacentes à ce travail tient à ce que les modèles administratifs n’évoluent pas nécessairement au même rythme ni dans la même direction que les modèles politiques mais qu’ils peuvent néanmoins les modifier. Que reste-t-il aujourd’hui réellement des structures du pouvoir d’État derrière la façade constitutionnelle ? Cette étude ne repose pas sur un échantillon mais porte sur l’ensemble de la population des anciens de l’ENA qui ont fréquenté les cabinets ministériels et Matignon entre 1984 et 1996. Tous les ministères, de plein exercice ou délégués, ainsi que les secrétariats d’Etat ont été couverts. Pour apprécier la place des anciens élèves de l’ENA au sein des cabinets ministériels, il faut poser trois séries de questions. La première est liée aux changements sociologiques d’ensemble qui touchent la composition des cabinets. La population des cabinets ministériels s’est en effet considérablement diversifiée depuis le début des années quatre-vingts. L’époque est bien révolue où les hauts fonctionnaires en faisaient leur "chasse gardée". La seconde tient à l’évolution qui affecte la fonction même des cabinets ministériels. Ceux-ci sont devenus avec les alternances et les cohabitations des lieux de pouvoir stratégiques dont l’importance dépasse celle de simples "conseils du Prince". Enfin, une troisième série de questions concerne la place que les cabinets ministériels occupent dans les carrières des anciens de l’ENA.
Fichier principal
Vignette du fichier
1997_Rouban_CahierduCevipof_17.pdf (515.08 Ko) Télécharger le fichier

Dates and versions

hal-03471508 , version 1 (08-12-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Luc Rouban. Les Énarques en cabinets 1984-1996. Les Cahiers du CEVIPOF, 1997, 17, pp.2-40. ⟨hal-03471508⟩
1 View
1 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More