L'héritage partagé du nationalisme serbe : Le pouvoir, l'opposition et la société à l'épreuve de la guerre - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Critique Internationale Year : 1999

L'héritage partagé du nationalisme serbe : Le pouvoir, l'opposition et la société à l'épreuve de la guerre

Abstract

Slobodan Milosevic n''a peut-être pas lu Clausewitz, mais il est clair que, pour lui aussi, la guerre est de la politique conduite par d''autres moyens. Sa stratégie de reconquête serbe du Kosovo, inaugurée en 1989 par la révocation de l'autonomie de la province, impliquait le recours à la force. De l'état de siège imposé depuis à l''expulsion programmée de la population albanaise de la province, c''est la logique de guerre contre un ennemi intérieur et extérieur qui a fait dérailler la "transition à la démocratie " en Serbie. Depuis le début de l''intervention militaire de l''OTAN le 24 mars, Milosevic a poursuivi une double stratégie : réaliser l''union sacrée dans l''adversité pour consolider son régime ; accélérer la "purification ethnique " en expulsant par la terreur plus de la majorité de la population albanaise du Kosovo, pour négocier un éventuel partage et déstabiliser les États voisins (...).
Fichier principal
Vignette du fichier
ci04p14-21.pdf (61.44 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission
Loading...

Dates and versions

hal-01010824 , version 1 (20-06-2014)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Jacques Rupnik. L'héritage partagé du nationalisme serbe : Le pouvoir, l'opposition et la société à l'épreuve de la guerre. Critique Internationale, 1999, 4, pp.14-21. ⟨10.3406/criti.1999.1514⟩. ⟨hal-01010824⟩
227 View
972 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More