Le Sangh Parivar et la diaspora hindoue en Occident : Royaume-Uni, États-Unis et Canada - Sciences Po Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year :

Le Sangh Parivar et la diaspora hindoue en Occident : Royaume-Uni, États-Unis et Canada

Abstract

" Long-distance nationalism ", an expression coined by Benedict Anderson, is often used in reference to transnational political activities. But the dynamics of this expatriate nationalism tend to be neglected. Mere nostalgia or even spontaneous mobilisations are evoked to explain this phenomenon. They, however, fail to explain the mechanism that lies behind " long-distance nationalism ". This paper wishes to highlight, through the example of the Hindu nationalist movements, the implication of political entrepreneurs in the country of origin and the instrumental dimension of " long-distance nationalism ". The Sangh Parivar, a network of nationalist Hindu organisations, was indeed replicated among the Hindu diaspora and its structure was litterally exported by a centralised body located in India itself. Of course, the spread of the Sangh Parivar and of its Hindutva ideology abroad was greatly facilitated by local policies like multiculturalism and by the rise of racism in the countries of emigration. A comparison of Hindu nationalist outlets in the United Kingdom, the United States of America and Canada brings to light the two main factors in instilling " long-distance nationalism " : a favorable local context for ethnic mobilisation among migrants on the one hand, and a centralised organisation in the country of origin on the other hand. Eventually, the engineering of long-distance Hindu nationalism from India questions the changing nature of nationalism in a globalised world.
L'expression " nationalisme à distance " que l'on doit à Benedict Anderson est souvent utilisée pour évoquer toute une série d'activités politiques transnationales. Pourtant, les dynamiques à l'oeuvre dans le nationalisme des expatriés sont rarement explorées. La simple nostalgie ou même la mobilisation spontanée servent trop souvent d'explications à ce phénomène dont elles ne suffisent pourtant pas à saisir les mécanismes. Il s'agit ici, en prenant l'exemple des mouvements nationalistes hindous, de souligner l'implication d'entrepreneurs politiques du pays d'origine et la dimension instrumentale du " nationalisme à distance " qui en résulte. Le réseau du Sangh Parivar, une nébuleuse d'organisations nationalistes hindoues, a en effet été répliqué dans la diaspora et sa structure été exportée par un centre névralgique situé en Inde même. L'expansion du Sangh Parivar et de son idéologie - l'Hindutva - a toutefois été grandement facilitée, dans les pays d'accueil, par les pratiques locales contrastées mais aux effets convergents, en l'occurrence, comme le multiculturalisme et des discriminations raciales. La comparaison des branches nationalistes hindoues au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada permet donc de mettre en avant deux facteurs majeurs du " nationalisme à distance " : un contexte local favorable à la mobilisation ethno religieuse des migrants dans leurs pays de résidence d'une part, et l'existence d'une organisation centralisée dans le pays d'origine d'autre part. La fabrication, depuis l'Inde, du nationalisme hindou à distance témoigne de la résilience du nationalisme dans la mondialisation.
Fichier principal
Vignette du fichier
qdr22.pdf (440.96 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01066096 , version 1 (19-09-2014)

Identifiers

Cite

Christophe Jaffrelot, Ingrid Therwarth. Le Sangh Parivar et la diaspora hindoue en Occident : Royaume-Uni, États-Unis et Canada. 2007. ⟨hal-01066096⟩
110 View
376 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More