Eugène Lerminier saint-Simonien ou la nationalisation de la science juridique française - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Corpus : revue de la philosophie Year : 2011

Eugène Lerminier saint-Simonien ou la nationalisation de la science juridique française

Abstract

L’engagement saint-simonien de Lerminier fut des plus éphémères. Ses premiers contacts avec les membres de l’École se situent quelques jours après les « Trois Glorieuses ». Ayant revêtu l’habit bleu des saint-simoniens, il signe, dans Le Globe dont il est un rédacteur actif, le 26 octobre 1830 un article élogieux sur Saint-Simon, anticipant ainsi le changement de direction éditoriale du journal sous la conduite de Pierre Leroux. Habile orateur, Lerminier s’essaie vraisemblablement, avec un certain succès, à la propagande saint-simonienne dans la salle Taitbout et professe dans les salons de la rue Monsigny. Pourtant, dans des conditions assez mystérieuses, il organise son départ pour l’Italie et rompt brutalement avec ses anciens amis en novembre 1830. Devenu titulaire de la chaire d’histoire des législations comparées au Collège de France (mars 1831), Lerminier ne cessera plus de justifier sa rupture avec les disciples de Saint-Simon qui d’ailleurs nourriront à son égard un fort ressentiment. [Premières lignes]
Fichier principal
Vignette du fichier
2011-audren-eugene-lerminier.pdf (5 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01462076 , version 1 (09-03-2017)

Identifiers

Cite

Frédéric Audren. Eugène Lerminier saint-Simonien ou la nationalisation de la science juridique française. Corpus : revue de la philosophie, 2011, 60, pp.1 - 13. ⟨hal-01462076⟩
103 View
139 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More