La fin des nouvelles classes : couches moyennes éclatées et société d’appareils - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Revue française de sociologie Year : 1983

La fin des nouvelles classes : couches moyennes éclatées et société d’appareils

Abstract

Le gonflement des effectifs des diplômés de l'enseignement supérieur, l'utilisation massive des savoirs scientifiques, techniques et sociaux dans le monde de la production, la croissance des grandes organisations et la multiplication de leurs niveaux hiérarchiques intermédiaires, autant d'éléments qui permettent d'expliquer le développement des couches moyennes salariées. Mais que signifie sociologiquement la croissance de ce groupe médian ? Est-elle compatible avec la représentation d'une société déchirée par le conflit de deux classes antagonistes ? Est-elle l'un des nombreux signes d'une transformation qualitative des sociétés industrielles ou plutôt le produit d'un travail idéologique et socio-politique visant à modifier le système des représentations et à occulter le conflit Capital -Travail ? Ces couches constituent-elles des fractions de la classe ouvrière et/ou de la classe dirigeante, ou fondent-elles au contraire une « nouvelle classe » qui se singulariserait non seulement par son mode de consommation, ses orientations culturelles et ses projets politiques, mais aussi par ses relations aux autres classes ? [Premier paragraphe]

Keywords

Fichier principal
Vignette du fichier
1983-bauer-cohen-la-fin-des-nouvelles-classes.pdf (1.2 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-01719413 , version 1 (28-02-2018)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Michel Bauer, Elie Cohen. La fin des nouvelles classes : couches moyennes éclatées et société d’appareils. Revue française de sociologie, 1983, 24 (2), pp.285-300. ⟨10.2307/3321470⟩. ⟨hal-01719413⟩
71 View
100 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More