How Europe can and should become the guardian of the Paris Agreement on climate change - Sciences Po Access content directly
Journal Articles European Issues Fondation Robert Schuman Year : 2017

How Europe can and should become the guardian of the Paris Agreement on climate change

Comment l'Europe peut et doit devenir le gardien de l'Accord de Paris sur le changement climatique

Abstract

Environmental issues have become one of the most salient topics on the political agenda. This is due to near-unanimous consensus amongst the scientific community that all types of environmental degradation, particularly the release of greenhouse gases (GHG) into the atmosphere leading to climate change, represent a threat to life on Earth. Nonetheless, until recently, progress on finding political solutions to environmental problems has been remarkably slow. This is often linked to fears that environmental regulation may hamper economic development. Europe has always been an exception in this regard, as from the 1960s onward, it has gradually succeeded in enacting some of the most comprehensive environmental legislation in the world. All the while, Europe has maintained steady economic development, demonstrating that the two can be reconciled and are in fact mutually reinforcing. Since the 1990s, Europe has relied on this solid base to play a leading role in the emerging global climate regime. This has been critical in shaping the European Union’s identity and incipient foreign policy as a normative power engaged in multilateral diplomacy to shape the international agenda. Following decades of laborious negotiations, the international community finally reached a new accord to tackle climate change during the 21st Conference of the Parties (COP) held in Paris in 2015. The so-called ‘Paris Agreement’, signed by 195 countries, represents the most comprehensive and far-reaching climate accord ever achieved. Consequently, President Trump’s decision to withdraw the United States from the Paris Agreement in June 2017 sent shockwaves through the international community. How should the EU respond to this setback? This paper will provide recommendations on how Europe can and should become the guardian of the Paris Agreement. The first part of the paper will focus on the historical context of Europe’s role in climate diplomacy up to the Paris Agreement. The second section will analyze the strengths and weaknesses of EU and member state environmental policies, demonstrating how Europe is committed to lead by example, inciting further international climate action. The last section will examine how leading by example will provide Europe with the authority to position itself at the heart of the global climate regime, building a network of robust partnerships with countries around the world to compensate for US disengagement.
Les questions environnementales sont devenues l'un des sujets les plus marquants de l'agenda politique. Cela est dû à un consensus quasi unanime parmi la communauté scientifique, selon lequel les atteintes à l'environnement représentent une menace pour la vie sur Terre, en particulier les gaz à effet de serre (GES) rejetés dans l'atmosphère, qui provoquent un dérèglement climatique. Néanmoins, jusqu'à récemment, les progrès vers des solutions politiques aux problèmes environnementaux ont été lents à se mettre en place. Cela est souvent lié aux craintes que la réglementation environnementale devienne un frein au développement économique. L'Europe a toujours constitué une exception de ce point de vue. En effet, à partir des années 1960, elle a progressivement réussi à adopter une législation environnementale parmi les plus ambitieuses au monde. Or, dans le même temps, elle a connu un développement économique stable, démontrant ainsi que les deux aspects sont compatibles et peuvent se renforcer mutuellement. Depuis les années 1990, l'Europe s'est appuyée sur cette base solide pour jouer un rôle de premier plan dans l’émergence du régime climatique mondial. Cela a contribué à façonner l'identité et la politique étrangère naissante de l'Union européenne (UE) en la positionnant comme puissance normative, utilisant une diplomatie multilatérale capable d’influer sur la politique internationale. Après des décennies de négociations laborieuses, la communauté internationale est finalement parvenue à un accord mondial pour lutter contre le changement climatique lors de la 21e Conférence des Parties (COP) qui s'est tenue à Paris en 2015. L'Accord de Paris, signé par 195 pays, constitue le traité climatique le plus complet et le plus ambitieux jamais conclu. Dès lors, la décision du président Trump d’en retirer les États-Unis en juin 2017 a provoqué des ondes de choc à travers la communauté internationale. De quelle manière l'Union européenne devrait-elle réagir face à ce recul? La première partie de cette étude présentera le contexte historique du rôle de l’Europe dans les négociations climatiques jusqu’à l’Accord de Paris. La seconde partie analysera les forces et les faiblesses des politiques climatiques de l’UE et de ses États membres, soulignant de quelle façon l’Europe doit montrer l’exemple dans ce domaine. La troisième partie abordera comment l’UE a le potentiel de se positionner au cœur du régime climatique mondial en construisant un réseau de partenariats avec des pays du monde entier pour compenser le retrait américain.
Fichier principal
Vignette du fichier
arnault.barichella.europe-and-paris-agreement-schuman.pdf (212.28 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-01871608 , version 1 (11-09-2018)

Identifiers

Cite

Arnault Barichella. How Europe can and should become the guardian of the Paris Agreement on climate change. European Issues Fondation Robert Schuman, 2017, 450, pp.1 - 10. ⟨hal-01871608⟩
120 View
108 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More