Témoignage sur un parcours de recherche : Légalistes et transgresseurs : le rapport paradoxal des élites dirigeantes aux règles sociales - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Criminologie Year : 2016

Témoignage sur un parcours de recherche : Légalistes et transgresseurs : le rapport paradoxal des élites dirigeantes aux règles sociales

Abstract

La question de la place des normes dans l’exercice du pouvoir a été une constante de mes travaux depuis le milieu des années 1970. Cet énoncé est bien sûr un constat rétrospectif, et en partie la rationalisation d’un parcours. Cependant les enquêtes que j’ai commencées alors, mais aussi une préoccupation théorique régulière, m’ont conduit dans cette direction. Plus précisément, et même si je ne l’avais pas encore clairement formulé à l’époque, c’est le paradoxe du rapport des élites dirigeantes aux règles sociales que j’ai sous des formes diverses cherché à clarifier. D’un côté, ce sont les élites politiques, administratives et économiques qui ont la responsabilité de définir les lois communes (produire les lois, les règlements et les modèles de comportement). Elles revendiquent cette activité comme un attribut de puissance. C’est aussi pour elles un moyen de justifier leur domination en mettant en valeur leur capacité à définir « l’intérêt général », à oeuvrer de façon désintéressée au bénéfice de la collectivité. Mais d’un autre côté, les élites dirigeantes sont un groupe social comme les autres, « normal » au sens de Durkheim, et elles entretiennent comme les autres catégories sociales des rapports ambivalents, voire conflictuels, avec les normes sociales. Y compris avec celles qu’elles ont elles-mêmes produites. Cependant, la visibilité et la dangerosité sociale de leurs transgressions demeurent très faibles. Je soutiens aujourd’hui qu’un ensemble de dispositifs de neutralisation et de restauration sont à l’oeuvre qui préservent les élites déviantes de la stigmatisation et des risques de délégitimation qui en découlerait. C’est au fond la principale conclusion du travail de synthèse que nous avons réalisé avec Carla Nagels dans la Sociologie des élites délinquantes qui confronte le bilan des travaux sur « la criminalité en col blanc » avec ceux portant sur « la corruption politique ». Bien que traités le plus souvent séparément, ces deux domaines de recherche convergent pour montrer la constance des abus de fonction (basés sur des mandats privés ou publics) et le haut niveau de la tolérance sociale (réaction formelle et informelle) à leur égard.

Dates and versions

hal-02186345 , version 1 (17-07-2019)

Identifiers

Cite

Pierre Lascoumes. Témoignage sur un parcours de recherche : Légalistes et transgresseurs : le rapport paradoxal des élites dirigeantes aux règles sociales. Criminologie, 2016, 49 (1), pp.15-24. ⟨10.7202/1036192ar⟩. ⟨hal-02186345⟩
69 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More