Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations - Sciences Po Access content directly
Scientific Blog Post Year : 2020

Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations

Abstract

1èrs lignes : Lorsqu’une crise virale advient, ce ne sont pas seulement les virus qui se propagent avec leurs propres mécanismes, c’est aussi chaque société qui fait émerger tout son potentiel viral, selon un fonctionnement social tout à fait ordinaire que Tarde avait pensé sous le terme d’imitation à la fin du XIXe siècle. Car les messages d’alerte ou de soutien sur les réseaux sociaux, les bonnes pratiques, les peurs, les fake news, tout se diffuse selon un modèle de viralité, qui devrait être appelé plutôt un principe de réplication, car, comme les virus, ce qui se transmet se transforme et ne se reproduit pas toujours à l’identique. Toutes ces formes de propagation adviennent à rythme élevé, à haute fréquence, et sont en compétition les unes avec les autres. Ainsi, les mécanismes de propagation spécifiques au virus doivent être contrecarrés par la capacité de propagation des recommandations sanitaires. Soit à partir d’un modèle disciplinaire à la chinoise, soit (et même dans le cas de la Chine) par la vertu de l’imitation, processus social de base, tellement négligé malgré les travaux de Tarde.
No file

Dates and versions

hal-02586073 , version 1 (15-05-2020)

Identifiers

Cite

Dominique Boullier. Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations. 2020. ⟨hal-02586073⟩
71 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More