« Soft power ». Sens et usages d'un concept incertain - Sciences Po Access content directly
Book Sections Year : 2013

« Soft power ». Sens et usages d'un concept incertain

Abstract

Le soft power (« pouvoir souple ») est un concept à la fois descriptif et prescriptif d’actions excluant des nombreux moyens d’incitation et de dissuasion dont dispose une unité politique pour promouvoir ses buts. Toute action militaire ou para-militaire (ou menace d’y recourir), relève du hard power (« pouvoir dur »), sauf comme réponse à une agression directe imputable à une autre unité politique repérable. Sont examinés dans ce texte tout d’abord les trois « paradigmes » (réaliste, internationaliste-libéral, constructiviste) dans lesquels s’inscrit le concept de soft power. Aucun des trois ne peut prétendre en avoir le monopole non plus que son opposé. Le soft power est ensuite présenté comme moyen d’action allant jusqu’à l’attraction exercée par les valeurs d’un camp sur les populations de l’autre ; on le situera dans un continuum et non dans une opposition dichotomique au hard power, ce que traduit parfois l’idée de « smart power ». Le soft power est enfin appréhendé comme attribut d’une Puissance (soft Power) qualifiée de « Puissance civile » ou de « Puissance normative ». Dans chacune des acceptions, le soft P(p)ower est un concept incomplet qui ne saurait rendre compte de la réalité d’actions dont la mise en œuvre ne peut être que contextuelle et circonstancielle.

Keywords

No file

Dates and versions

hal-03393533 , version 1 (21-10-2021)

Identifiers

Cite

Jean Leca. « Soft power ». Sens et usages d'un concept incertain. Christian Lequesne; Marie-Françoise Durand. Ceriscope Puissance, Atelier de cartographie de Sciences Po; Centre de recherches internationales, 2013. ⟨hal-03393533⟩
49 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More