La Turquie en Asie centrale : acteurs privés et étatique dans le développement d’une influence islamique turque dans les républiques post-soviétiques - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Revue internationale de politique comparée Year : 2014

La Turquie en Asie centrale : acteurs privés et étatique dans le développement d’une influence islamique turque dans les républiques post-soviétiques

Abstract

Turkey in Central Asia: Contribution of state and non-governmental actors in the development of a turkish islamic Influence in the post-soviet republics - After the collapse of the Soviet Union in 1991, independent republics emerged in Central Asia. Cultural and religious ties to Turkey encouraged Ankara to place newly independent Central Asian states at the center of its new ambitious foreign policy for rapprochement so as to increase its influence in the Turkish speaking world. Paradoxically, while Turkey is often made a model of secular development for the Arab and Muslim world, religious cooperation was the most successful. Indeed, Turkey’s ambitions met the support of official institutions like the Diyanet but also of massive private investors and organizations, among which the Fethullah Gülen movement, and all together they were the most influential foreign inspiration in the Islamic revival occurring all across Central Asia. Measuring this influence is not an easy task, but the new Islamic elites who received education in Turkey or in Central Asia thanks to Turkish cooperation programs are the most visible result of Turkey’s religious influence over Central Asia.
La fin de l’URSS en 1991 a permis l’émergence de nouvelles républiques en Asie centrale. Proches de la Turquie culturellement et religieusement, ces nouveaux États ont été mis par Ankara au centre d’une ambitieuse politique de rapprochement de façon à constituer pour la Turquie une sphère d’influence fondée sur la turcophonie. Paradoxalement, pour un pays souvent érigé en modèle de laïcité pour le monde musulman, c’est la coopération islamique qui a été la plus performante dans cette politique turque. En effet, une convergence naturelle entre la politique de l’État turc, via son organisme officiel, la Diyanet, et les initiatives prises par nombre d’organismes privés, dont la nébuleuse de Fethullah Gülen, a permis à la Turquie de compter parmi les pays qui ont le plus influencé le nouvel islam d’Asie centrale. Difficile à mesure avec exactitude, cette influence est toutefois visible, ne serait-ce que par le nombre de nouvelles élites islamiques centrasiatiques formées en Turquie ou sur place grâce à des programmes turcs.
No file

Dates and versions

hal-03399369 , version 1 (24-10-2021)

Identifiers

Cite

Bayram Balci. La Turquie en Asie centrale : acteurs privés et étatique dans le développement d’une influence islamique turque dans les républiques post-soviétiques. Revue internationale de politique comparée, 2014, 21 (1), pp.9 - 31. ⟨10.3917/ripc.211.0009⟩. ⟨hal-03399369⟩
12 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More