La théorie budgétaire du niveau des prix, un bilan critique - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Revue d'économie politique Year : 2001

La théorie budgétaire du niveau des prix, un bilan critique

Abstract

This article presents a survey of the Fiscal Theory of the Price Level. According to it, there are two stable regimes of economic policies : one, traditional, where the monetary authorities control inflation and where the fiscal authorities must be concerned with their intertemporal balance. The other, where the monetary policy is passive and where the fiscal authorities can be non-ricardian, i.e. unconcerned with public debt: the price level adjusts the real debt to the future discounted primary surpluses. The FTPL is presented following its historical developments: from its precursors (Sargent, Begg...) to its recent promoters (Leeper, Woodford) ; from its theoretical critics (Buiter) to its empirical criticisms. The FTPL is neither consistent with the observed behaviour of monetary authorities, nor with the empirical sluggishness of inflation Ithis latter result is an original one). However, it highlights the need to analyse the strategic interactions between fiscal and monetary policies.
Cet article présente une synthèse de la Théorie Budgétaire du Niveau des Prix (Fiscal Theory of the Price Level, ou FTPL). Selon celle-ci, il existe deux organisations stables pour les politiques économiques : l’une, traditionnelle, où les autorités monétaires contrôlent l’inflation et où les autorités budgétaires doivent se soucier de leur équilibre intertemporel ; l’autre où la politique monétaire est passive (quand l’inflation augmente, la banque centrale laisse baisser le taux d’intérêt réel) et où l’État peut être non-ricardien, c’est-à-dire fixer ses dépenses et ses recettes sans s’inquiéter de sa contrainte budgétaire intertemporelle. Dans cette situation, c’est la variation du niveau des prix qui assure le respect de la contrainte budgétaire intertemporelle de l’Etat, i.e. l’égalité entre la dette réelle et les excédents primaires futurs actualisés. Ce mécanisme suppose, soit que les ménages sont non-ricardiens, soit que les prix suivent une trajectoire en point-selle. La FTPL détermine le niveau des prix, mais l’inflation reste déterminée par la politique monétaire. La FTPL est présentée selon son développement historique : de ses précurseurs (Sargent, Begg,...) à ses promoteurs récents (Leeper, Woodford) ; de ses critiques théoriques (Buiter) à ses critiques empiriques. Il apparaît que la FTPL n’est pas compatible avec le comportement effectivement observé des autorités monétaires, ni avec la rigidité empiriquement constatée de l’inflation, ce dernier point constituant un apport original de l’article. Par contre, la FTPL, parce qu’elle remet en cause l’affectation optimale des instruments aux objectifs de politique économique, incite à approfondir l’analyse des interactions entre politiques budgétaire et monétaire.

Dates and versions

hal-03416639 , version 1 (05-11-2021)

Identifiers

Cite

Jérôme Creel, Henri Sterdyniak. La théorie budgétaire du niveau des prix, un bilan critique. Revue d'économie politique, 2001, 111 (6), pp.909 - 939. ⟨10.3917/redp.116.0909⟩. ⟨hal-03416639⟩

Collections

SCIENCESPO OFCE
71 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More