Les classes moyennes et la ségrégation urbaine - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Education et Sociétés : Revue internationale de sociologie de l'éducation Year : 2004

Les classes moyennes et la ségrégation urbaine

Abstract

On observe un changement significatif dans le passage des années 1970 —où les nouvelles classes moyennes sont un enjeu de débat central, politique, culturel et urbain— aux années 1990 où progressivement la dualisation et l’exclusion dominent le débat, avec une focalisation sur les banlieues, les quartiers en difficulté. La question du rapport des classes populaires aux classes moyennes résidant encore dans ces quartiers est certes souvent évoquée dans ces travaux, mais soit pour expliquer en partie le processus de disqualification de ces espaces et des populations y résidant, soit pour mettre en évidence des tensions entre catégories sociales. En revanche, les relations sociospatiales entre les classes moyennes d’une part et, d’autre part, tant les classes supérieures que les classes populaires ne résidant pas dans les quartiers d’habitat social stigmatisés, ont été peu étudiées. Or les situations de coprésence de ces classes caractérisent la structure et l’évolution d’une partie majoritaire de la métropole parisienne. Il nous est donc apparu nécessaire de reprendre non seulement les travaux ayant pris les classes moyennes urbaines comme objet d’étude mais aussi les principaux schèmes théoriques mobilisés sur cette question afin de les confronter à des recherches empiriques menées récemment sur la métropole parisienne.
No file

Dates and versions

hal-03416801 , version 1 (05-11-2021)

Identifiers

Cite

Marco Oberti, Edmond Préteceille. Les classes moyennes et la ségrégation urbaine. Education et Sociétés : Revue internationale de sociologie de l'éducation, 2004, 14, pp.135 - 153. ⟨10.3917/es.014.0135⟩. ⟨hal-03416801⟩
18 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More