Milices politiques et bandes armées à Brazzaville. Enquête sur la violence politique et sociale des jeunes déclassés - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Les Études du CERI Year : 1996

Milices politiques et bandes armées à Brazzaville. Enquête sur la violence politique et sociale des jeunes déclassés

Abstract

Deux types de regroupements armés peuvent être distingués à Brazzaville : trois milices privées, les Ninjas, les Cobras et les Requins, une milice d’État, la Réserve ministérielle, et un conglomérat de bandes se donnant le nom de Zoulous. Ces groupes armés se sont illustrés dans des guérillas urbaines, d’août 1993 à février 1994, et sont en partie responsables de l’augmentation de la délinquance et de la criminalité (vols, braquages, viols, etc.) dans les quartiers de Brazzaville qu’ils contrôlent. Paradoxalement, ce sont des mouvements informels de défense, soit de quartier soit de tel ou tel leader politique, qui leur ont donné naissance. Ces mouvements ont trouvé, dans un discours du Président de juin 1993, un prétexte pour s’organiser en milices : dans ce discours, celui-ci proposait l’embauche de deux mille miliciens dans les forces publiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
1996-etude-ceri-13.pdf (243.21 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03458257 , version 1 (30-11-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

Cite

Rémy Bazenguissa-Ganga. Milices politiques et bandes armées à Brazzaville. Enquête sur la violence politique et sociale des jeunes déclassés. Les Études du CERI, 1996, 13, pp.34. ⟨hal-03458257⟩
63 View
201 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More