L'axe de la croissance - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Revue de l'OFCE Year : 2005

The axis of growth

L'axe de la croissance

Amel Falah
  • Function : Author
  • PersonId : 956535

Abstract

With a yearly average of 5%, world growth proved exceptional in 2004 and should continue in 2005 and 2006 albeit at a lower pace due to the partial balancing of the disequilibria at work since 2001. The two main engines for growth will remain the United States and China, whereas the Euro zone and Japan will be left off of this axis of growth. Asian central banks should keep financing the US deficit, and hence its growth, because by sustaining the dollar exchange rate against their own currencies, they maintain their price competitiveness and ensure sufficient demand for their own products. Inflation stability is hence necessary for a slight correction of the borrowing and housing excesses. The US deficit should stabilize from early 2005. The Euro area would strongly benefit from such a soft landing.
La force de la croissance mondiale en 2004 (5 % en moyenne) a confirmé la vigueur de la reprise de 2003. Les années 2005 et 2006 devraient conforter le mouvement, à un rythme moindre cependant du fait de la résorption partielle des déséquilibres accumulés depuis 2001. Les deux principaux moteurs de la croissance mondiale resteront les États-Unis et la Chine, la zone euro et le Japon étant exclus de l’axe de la croissance. Outre sa vigueur, une autre caractéristique de cette croissance est la stabilité de l’inflation. Celle-ci est restée sous contrôle, en dépit de la hausse des prix du pétrole et des autres matières premières. La croissance mondiale demeure cependant sur une corde raide et les déséquilibres se sont accumulés : en particulier, le déficit courant des États-Unis ne cesse de s’accroître (6,3 % du PIB fin 2004, soit deux points de plus qu’en 2000). La facture pétrolière explique une partie de cette dégradation ; le reste est lié aux conséquences d’une économie qui s’endette pour croître. Les taux d’intérêt à long terme demeurent pourtant aux États-Unis, à peine plus hauts en 2004 qu’en 2003 (proches de 4 %). En effet, les banques centrales asiatiques ont accepté jusqu’ici de participer au financement du déficit extérieur des États-Unis, et par conséquent de la croissance américaine, car elles y trouvent leur compte. Faisant cela, elles soutiennent le dollar face à leur propre monnaie pour freiner l’érosion de leur compétitivité-prix, tout en assurant des débouchés à leurs produits sur des marchés étrangers en pleine expansion. Cette abondance de liquidités, qui maintient les taux d’intérêt à un niveau anormalement bas, peut engendrer des bulles sur les prix d’actifs. Aujourd’hui, les marchés immobiliers flambent et l’endettement des ménages atteint des sommets. La stabilité de l’inflation est la clé de cette mécanique, et c’est sur elle que reposent les principales hypothèses de notre scénario de résorption en douceur des différents déséquilibres et de poursuite de la croissance. Le déficit courant américain se stabiliserait dès le début 2005, grâce à la réduction progressive du déficit public, au ralentissement modéré de la demande intérieure et à des gains de parts de marché. La zone euro a tout à gagner à ce scénario d’atterrissage en douceur.
Fichier principal
Vignette du fichier
2005-04-mathieu-l-axe-de-croissance.pdf (404.91 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03458924 , version 1 (30-11-2021)

Identifiers

Cite

Elena Stancanelli, Guillaume Chevillon, Hélène Baudchon, Gael Dupont, Catherine Mathieu, et al.. L'axe de la croissance : Perspectives 2005-2006 pour l’économie mondiale. Revue de l'OFCE, 2005, 93, pp.39 - 78. ⟨10.3917/reof.093.0039⟩. ⟨hal-03458924⟩
100 View
10 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More