Compte rendu de Frédéric Gros, États de violence : essai sur la fin de la guerre - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Revue Française de Science Politique Year : 2008

Compte rendu de Frédéric Gros, États de violence : essai sur la fin de la guerre

Abstract

Depuis les origines, la philosophie a tendu à définir l’identité de la guerre et à la distinguer de la violence informe. Trois critères – éthique, politique et juridique – ont permis de qualifier l’échange de mort comme guerre et de lui conférer une consistance conceptuelle et un horizon de sens. De le circonscrire aussi en le codifiant et en l’ordonnant à des fins qu’il doit servir. La guerre ainsi définie par Alberico Gentilis en 1597 comme un « conflit armé, public et juste », est légitimée en ce qu’elle est un moyen d’assurer la consistance de l’unité politique et de poursuivre la justice. Cette mort échangée, cet État soutenu, cette justice visée constituent les trois foyers d’une conception de la guerre qui s’est progressivement élaborée au sein de la pensée politique et de la pensée religieuse de telle manière que la violence pure puisse faire place à une expérience intelligible, source de perfectionnement éthique, où la mort est ordonnée à une vie plus haute (...).
Fichier principal
Vignette du fichier
rfsp-581-0148.pdf (47.32 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03459791 , version 1 (01-12-2021)

Identifiers

Cite

Jean-Marie Donegani. Compte rendu de Frédéric Gros, États de violence : essai sur la fin de la guerre. Revue Française de Science Politique, 2008, 58 (1), pp.148 - 150. ⟨hal-03459791⟩
98 View
153 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More