Migrations et relations internationales : Les apories de la gestion multilatérale des migrations internationales ? - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Transcontinentales : sociétés, idéologies, système mondial Year : 2010

Migrations et relations internationales : Les apories de la gestion multilatérale des migrations internationales ?

Abstract

Les migrations internationales sont aujourd’hui un des enjeux majeurs de la gouvernance globale. Elles restent pourtant l’objet de politiques régaliennes où dominent les accords bilatéraux sans que s’impose un régime de gestion multilatéral. Les migrations sont une des pierres d’achoppement du multilatéralisme et leur gestion est revendiquée par les États comme une dimension inaliénable de leur souveraineté (économique, territoriale…). Les institutions multilatérales tentent de proposer des modalités de gouvernance multilatérale des migrations comme phénomène social global. À l’Onu, le Haut commissariat aux réfugiés (Hcr) s’occupe des réfugiés et l’Organisation internationale du travail (Oit) des migrants en leur qualité de travailleurs. La Banque mondiale et le Fmi sont particulièrement actifs sur la question des migrations et des transferts financiers qui les accompagnent alors que l’Unicef s’intéresse aux conséquences sociales de la mobilité sur les familles dans les pays d’origine ou d’accueil. L’Organisation internationale des migrations travaille quant à elle en marge de l’Onu. L’Onu n’est pas parvenu à imposer la Convention sur les droits des migrants de 1990 et ne parvient pas à faire émerger une ligne d’action collective dans l’arène multilatérale sur la question migratoire. Pourtant, dans la sphère onusienne et au-delà, les organisations internationales négocient l’émergence d’une agence spécialisée dans les migrations. À partir de la stratégie historique du Hcr dans le champ multilatéral et d’une innovation juridique récente – le concept de « migrations mixtes » –, on décrit une des tentatives de gestion juridique de la mobilité forcée et volontaire. En 2006, le concept émerge avec l’expérience des migrations sub-sahariennes à travers la Méditerranée. On s’intéresse ici à son utilisation dans le cas de migrations depuis la corne de l’Afrique vers le Yémen. Le concept de « migrations mixtes » permet d’observer les prémisses de la remise en question de la partition entre réfugiés et migrants économiques. Cette analyse nous permet de mettre en lumière les apories contemporaines des conditions juridiques et statutaires de la mobilité et les réponses pragmatiques qui y sont apportées. À partir de sa compétence de terrain sur les populations réfugiées et d’innovation organisationnelles récentes, le Hcr se positionne dans le champ politique international comme gestionnaire potentiel de la mobilité internationale face à l’Oit ou à une agence non-onusienne comme l’Oim.
Fichier principal
Vignette du fichier
transcontinentales-787-8-9-migrations-et-relations-internationales.pdf (124.16 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03460235 , version 1 (01-12-2021)

Licence

Identifiers

Cite

Hélène Thiollet. Migrations et relations internationales : Les apories de la gestion multilatérale des migrations internationales ?. Transcontinentales : sociétés, idéologies, système mondial, 2010, 8/9, pp.en ligne. ⟨10.4000/transcontinentales.787⟩. ⟨hal-03460235⟩
82 View
127 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More