Contribution sur la valeur ajoutée : emplois à tout prix ? - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Revue de l'OFCE Year : 2007

Contribution sur la valeur ajoutée : emplois à tout prix ?

Abstract

In the context of a still high unemployment rate, the recurring debate around the Social security deficits calls for an enlargement of the way growing needs could be financed. A solution that has recently been contemplated would lie in the introduction of a new contribution on the value-added that would be balanced by a reduction of social security taxes. The aim of this paper is to put this proposal under scrutiny and to assess its feasibility. We first estimate factors demand and use the elasticity of substitution between labor and capital to calibrate macrosimulations on the French economy. The results indicate that the reform would be favourable to employment. We then focus on transfers between capitalistic and labor-intensive firms and show that it would not be particularly damaging for export firms.
Dans un contexte de chômage élevé, la persistance des déficits sociaux nécessite d’élargir le financement de besoins croissants en matière de protection sociale. L’instauration de la CSG dès 1999 s’inscrivait dans cette démarche, mais le dispositif trouve aujourd’hui ses limites. L’instauration d’une Contribution sur la Valeur Ajoutée (CVA) est une option radicale qui modifie le financement de la Sécurité sociale et qui répond à la double problématique d’une base plus large pour le financement et d’un effet positif en matière d’emploi. Le principe de la réforme consisterait à créer une nouvelle cotisation assise directement sur la valeur ajoutée en contrepartie d’une baisse des cotisations sociales employeurs. La CVA serait en moyenne neutre pour les entreprises, mais induirait une modification du coût relatif entre le capital et le travail au profit de ce dernier. L’objet de cet article est de participer à la réflexion et au débat sur le sujet en proposant une évaluation macroéconomique des effets de la CVA. A partir de l’estimation de fonctions de demande de facteurs, nous simulons l’impact de l’instauration de la CVA en fonction de la valeur de l’élasticité de substitution entre le travail et le capital. L’analyse est complétée en identifiant les transferts entre secteurs qui seraient induits par la réforme, en évaluant l’hypothèse que la CVA pénaliserait plus fortement les secteurs exportateurs et en appréciant les difficultés auxquelles pourrait se heurter l’instauration de la CVA. Nous montrons que le dispositif permettrait de créer 130 000 emplois au bout de quatre ans et qu’il ne pénaliserait pas particulièrement les entreprises exportatrices. Parmi les inconvénients de la CVA, aucun ne semble fondamentalement rédhibitoire.
Fichier principal
Vignette du fichier
2007-01-timbeau-contribution-sur-la-valeur-ajoutee.pdf (337.4 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03462032 , version 1 (01-12-2021)

Identifiers

Cite

Xavier Timbeau, Christophe Blot, Eric Heyer, Mathieu Plane. Contribution sur la valeur ajoutée : emplois à tout prix ?. Revue de l'OFCE, 2007, 100, pp.265 - 296. ⟨10.3917/reof.100.0265⟩. ⟨hal-03462032⟩
38 View
27 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More