De la sécurité environnementale à la prévention des risques : le changement climatique dans les politiques de défense aux États-Unis - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Les Champs de Mars : revue d'études sur la guerre et la paix Year : 2022

De la sécurité environnementale à la prévention des risques : le changement climatique dans les politiques de défense aux États-Unis

Abstract

At the end of the Cold War, the United States Department of Defense launches several programs aimed at identifying the main threats that can undermine the hegemony of the United States in international politics and more generally international security. At the same time, during the 1990s, the concepts of “human security” and “environmental security” gain influence within international organizations to qualify new forms of insecurity that weigh more specifically on civilian populations. Under the favorable auspices of the Clinton administration, the United States Department of Defense then inaugurates its first office to study the implications of environmental security for the defense sector, headed by a team previously in charge of the greening of military bases and installations. Building on the pioneer works dedicated to the connection between resource scarcity and conflict in the 1970s, this office pushes for a better integration of environmental factors in strategic thinking. Despite the freeze of a substantial part of these initiatives on environmental security under the Bush administration, this community regathers in the mid-2000s around the definition of a potential new threat: climate change. However, the study of the strategic implications of a changing climate differs from the environmental security approach. Climate change is indeed perceived as a long-term phenomenon that can potentially fuel existing threats (terrorism, piracy, migrations) and lead to a more frequent use of the armed forces. Based on thirty interviews with both civil and military personnel at the Department of Defense and on an analysis of institutional archives, this article offers to explore this normative evolution by building on the literature in security studies and strategic thought to complement the debates on the recent evolutions of defense policies.
À la fin de la guerre froide et après la disparition du rival soviétique, le département de la Défense des États-Unis lance plusieurs programmes destinés à identifier les principales menaces qui peuvent remettre en cause l’hégémonie étatsunienne et la sécurité internationale. Dans le même temps, au cours des années 1990, les concepts de « sécurité humaine » et de « sécurité environnementale » s’imposent au sein des organisations internationales pour désigner de nouvelles formes d’insécurité qui menacent les populations civiles. Sous les auspices favorables du gouvernement Clinton, le département de la Défense inaugure en 1994 le premier bureau chargé de penser les implications de la sécurité environnementale pour la défense, dirigé par une équipe restreinte qui supervisait jusqu’alors l’application du droit de l’environnement aux installations militaires. À partir des travaux pionniers effectués dès les années 1970 sur les liens entre la rareté des ressources et les conflits armés, ce bureau rassemble une communauté d’experts et de praticiens désireux d’augmenter la part consacrée à l’environnement dans la recherche stratégique. Malgré le gel d’une partie de ces initiatives sous l’administration Bush, cette communauté se reconstitue dans des think tanks au cours des années 2000, et autour de la définition d’une menace nouvelle : le changement climatique. Le débat stratégique sur le climat entraîne toutefois une rupture avec l’approche traditionnelle de la sécurité environnementale. En effet, le changement climatique est perçu et construit comme un phénomène de long terme porteur de risques susceptibles d’accélérer des menaces existantes (terrorisme, piraterie, migrations) et d’entraîner un recours plus fréquent aux forces armées. Fondé sur une enquête par entretiens effectuée auprès d’anciens responsables civils et militaires du département de la Défense des États-Unis et sur une analyse de documents institutionnels, cet article propose d’explorer cette trajectoire normative en s’appuyant sur la littérature en études de sécurité et en pensée stratégique, afin de renouveler les débats sur les évolutions récentes des politiques de défense.
No file

Dates and versions

hal-03691726 , version 1 (09-06-2022)

Identifiers

Cite

Adrien Estève. De la sécurité environnementale à la prévention des risques : le changement climatique dans les politiques de défense aux États-Unis. Les Champs de Mars : revue d'études sur la guerre et la paix, 2022, 2020/2 (N° 35), pp.27-48. ⟨10.3917/lcdm.035.0027⟩. ⟨hal-03691726⟩
21 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More