Intégrer les enjeux climatiques dans le secteur de la défense en France. La climatisation comme changement graduel de l’action publique - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Gouvernement & action publique Year : 2022

Intégrer les enjeux climatiques dans le secteur de la défense en France. La climatisation comme changement graduel de l’action publique

Abstract

The integration of climate challenges into the defense sector in France. A cumulative approach to the climatization of public action -- Contemporary ways of thinking about the climatization of public action claim that putting climate change on the agenda causes two sorts of organizational transformations. On one hand, climatization can be the continuation of traditional greening policies. It would then only emphasize or mitigate existing ecological practices, such as the reduction of carbon dioxide emissions or energy transition. On the other hand, it can trigger an important transformation of practices because of the translation of the organizations’ tasks in climate terms. This would particularly be the case of security institutions, which would tend to climatize issues such as migrations for example. This article offers to show that these two approaches are complementary to assessing the level of institutional change caused by putting climate change on the agenda, based on a study of the French Ministry of the Armed Forces. Indeed, climatization here is found to be an incremental and differentiated process of constructing climate issues within the defense sector. It is incremental since climatization consists in a series of internal adjustments aimed at incorporating these issues within existing policies. It is also differentiated because several distinct constructions of climate issues can coexist in the same organization, which in turn can lead to overlaps or competition.
Les approches contemporaines de la climatisation de l’action publique avancent que la mise à l’agenda du changement climatique provoque deux types de transformation au sein des organisations. D’un côté, la climatisation s’inscrirait dans la continuité des pratiques traditionnelles de conversion environnementale (ou de verdissement) de l’action publique. Elle se limiterait alors à accentuer ou atténuer certaines préoccupations écologiques préexistantes comme la réduction des émissions carbonées ou à la transition énergétique. De l’autre, elle entraînerait un important bouleversement des pratiques des organisations, en raison du travail de traduction de leurs missions en termes climatiques. Ce serait particulièrement le cas des institutions chargées de la sécurité et de la défense, qui auraient tendance à « climatiser » certains enjeux comme les migrations ou le terrorisme. Cet article propose de montrer que ces deux approches sont complémentaires pour saisir la dimension progressive et graduelle du changement institutionnel provoqué par la mise à l’agenda du changement climatique, à partir du cas du ministère des Armées. La climatisation apparaît en effet comme un processus incrémental et différencié de construction du problème climatique par le secteur de la défense. Il est incrémental car la climatisation consiste en une série d’ajustements internes pour insérer le problème climatique dans des politiques publiques préexistantes. Il est également différencié car plusieurs constructions du problème peuvent coexister au sein de l’organisation, au risque de se chevaucher, voire de se concurrencer.
No file

Dates and versions

hal-03894505 , version 1 (12-12-2022)

Identifiers

Cite

Adrien Estève. Intégrer les enjeux climatiques dans le secteur de la défense en France. La climatisation comme changement graduel de l’action publique. Gouvernement & action publique, 2022, 11 (2022/3), pp.55-73. ⟨10.3917/gap.223.0055⟩. ⟨hal-03894505⟩
46 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More