Le mythe du nationalisme russe - Sciences Po Access content directly
Book Sections Year : 1998

Le mythe du nationalisme russe

Abstract

La Russie s’est construite en empire et non en État-nation. Depuis le XVe siècle et jusqu’au milieu du XIXe, le mouvement d’expansion a été continu, repoussant les limites de l’espace impérial. Les Russes ont acquis des territoires et des populations, parfois conquis des nations organisées, en se dispersant dans un espace de plus en plus vaste. Vers l’Est et vers le Nord, ils ont peuplé des territoires largement inhabités. Vers l’Ouest et le Sud, de la Baltique au Caucase et à l’Asie centrale, ils ont occupé des pays organisés et administré des nations ou communautés constituées. A aucune période de l’histoire tsariste puis soviétique, la Russie ne s’est conçue en métropole entourée de colonies. La communauté « nationale » était l’ensemble impérial, toutes ethnies et provinces confondues. L’expansion a encouragé la construction d’une « nation impériale » au détriment d’une identité strictement russe. Après 1917, le pouvoir communiste a prolongé, tout en la transformant en profondeur, cette notion de communauté impériale-nationale par l’idéologie du « peuple soviétique ».

Keywords

No file

Dates and versions

hal-03910527 , version 1 (22-12-2022)

Identifiers

Cite

Marie Mendras. Le mythe du nationalisme russe. Pierre Birnbaum (dir.). Sociologie des nationalismes, Presses Universitaires de France, pp.85-102, 1998, Sociologies, 9782130486305. ⟨10.3917/puf.birnb.1998.01.0085⟩. ⟨hal-03910527⟩
15 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More