I-2. Tour du monde de la situation conjoncturelle. Allemagne : panne de croissance - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Revue de l'OFCE Year : 2024

I-2. Tour du monde de la situation conjoncturelle. Allemagne : panne de croissance

Abstract

Au quatrième trimestre, le PIB allemand s’est contracté de 0,3 % par rapport au trimestre précédent, après avoir quasiment stagné au cours des trois premiers trimestres. Cette piètre performance s’explique essentiellement par le recul marqué de l’investissement en construction, et par la faiblesse de la demande extérieure et la perte de parts de marché. L’économie allemande continue à pâtir de conditions de financement restrictives et d’une perte de compétitivité-prix. Ainsi, l’industrie a continué de souffrir de la faiblesse de la demande étrangère : la contribution positive du commerce extérieur à l’évolution du PIB ne traduit pas un dynamisme de la demande extérieure, mais résulte d’un recul plus marqué des importations que des exportations. Sous l’effet de l’inflation, la consommation a également reculé sur l’ensemble de l’année à cause d’un acquis de croissance négatif et d’une contraction de 0,6 % au premier trimestre. Un point positif cependant : la baisse de l’inflation au cours de l’année, la robustesse du marché du travail et la croissance soutenue des salaires nominaux ont soutenu un léger rebond de la consommation privée réelle. En prévision, les indicateurs avancés – calculés sur la base d’indicateurs conjoncturels, d’enquêtes et de données « dures » – plaident pour une poursuite de la récession au premier trimestre 2024, suivie d’une reprise timide au cours de l’année. Au total, le PIB devrait reculer de 0,2 % en 2024, essentiellement sous l’effet d’une poursuite du recul de l’investissement en construction et des exportations, et malgré une contribution positive de la consommation privée. Ce n’est qu’en 2025 que la croissance retrouverait des couleurs (+1,4 %) et dépasserait le taux de croissance potentielle (0,9 %) grâce à plusieurs facteurs positifs : une politique monétaire plus accommodante, la levée des incertitudes géopolitiques, ou encore la reprise du commerce mondial. Globalement, nous anticipons un franc recul de l’inflation, avec une hausse des prix à la consommation de 2,3 % en 2024 et 1,6 % en 2025. Compte tenu de la conjoncture, le marché du travail, qui avait bien résisté au prix d’une baisse de la productivité du travail, devrait se dégrader en 2024 avec une destruction de 400 000 emplois – soit une baisse de 0,9 %. Les difficultés de recrutement de main-d’œuvre qualifiée, ainsi que le délai entre les négociations salariales et les augmentations effectives de salaires entraîneront paradoxalement une hausse marquée des salaires à l’heure où l’inflation reflue. Ainsi, les revenus disponibles réels augmenteront en 2024 pour la première fois depuis trois ans, ce qui stimulera la consommation privée, en particulier en 2025 lorsque le taux d’épargne retrouvera son niveau pré-Covid. Du côté des finances publiques, l’Allemagne devrait mener une politique budgétaire plutôt restrictive. En conséquence, le déficit public devrait stagner en 2024, mais baisser à 1,4 % du PIB en 2025. Quant à la dette publique, elle se stabiliserait autour de 64,2 % du PIB en 2025.
Fichier principal
Vignette du fichier
4-185OFCE.pdf (284.43 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-04559668 , version 1 (25-04-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04559668 , version 1

Cite

Céline Antonin. I-2. Tour du monde de la situation conjoncturelle. Allemagne : panne de croissance. Revue de l'OFCE, 2024, 185, pp.1-12. ⟨hal-04559668⟩
2 View
2 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More