Immigrés à Milan : faible ségrégation mais fortes tensions - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Urbanisme Year : 2008

Immigrés à Milan : faible ségrégation mais fortes tensions

Abstract

A partir des années 1970, l'Italie est devenue un pays d'immigration et au cours des dix dernières années, le quatrième pays de l'Union européenne en nombre d'immigrants originaires des pays les plus pauvres et l'un des trois pays les plus attractifs. A Milan, qui abrite le nombre d'immigrés le plus élevé du pays (14,2%), la faible ségrégation en matière de logement des populations immigrées s'inscrit dans un contexte plus global de pauvreté et de mal-être qui ne prend cependant pas la forme d'un ghetto ni de grandes zones périphériques en crise. Milan se caractérise par une certaine mixité dans les logements sociaux en périphérie et dans les quartiers centraux. Dans certains cas, la concentration d'une population alliée à des taux très élevés de ségrégation, même dans de petites zones, donne lieu à de violents conflits à caractère spécifiquement ethno-spatial. Les problèmes liés aux camps et baraquements roms sont aussi causes de tensions. Les conflits sont souvent mal maîtrisés par les pouvoirs locaux et sont abordés principalement sous l'angle de la sécurité et de l'ordre public.
Fichier principal
Vignette du fichier
vitale-2008-immigres.pdf (532.34 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-01767051 , version 1 (14-11-2018)

Identifiers

Cite

Tommaso Vitale, Enzo Mingione, Barabara Borlini. Immigrés à Milan : faible ségrégation mais fortes tensions. Urbanisme, 2008, 362, pp.83 - 86. ⟨hal-01767051⟩
222 View
67 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More