Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne : la « politique de la chicotte » - Sciences Po Access content directly
Journal Articles Politique africaine Year : 2008

Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne : la « politique de la chicotte »

Abstract

Un processus hégémonique est à l’œuvre, dans certains territoires d’Afrique subsaharienne, depuis le moment colonial. La coercition en est l’un des vecteurs par les effets de subjectivation qu’elle induit. Elle entretient avec l’hégémonie un rapport d’immédiation, notamment corporelle. La pratique de la flagellation dans les rapports sociaux et politiques a fourni un mode récurrent de transaction hégémonique, de délimitation de la citoyenneté, d’administration de la force de travail. De provenance composite, elle s’imbrique à la fois dans la violence du moment colonial et dans l’économie morale et politique de la traite esclavagiste. La « chicotte », en tant que dispositif de la gouvernementalité du « ventre », au point de rencontre entre techniques de domination sur les autres et techniques de soi, renvoie aussi bien à la formation de l’État qu’à celle de la valeur économique du travail.
Fichier principal
Vignette du fichier
hegemonie-coercition.pdf (190.82 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03473707 , version 1 (09-12-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Jean-François Leguil-Bayart. Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne : la « politique de la chicotte ». Politique africaine, 2008, 2 (110), pp.123-152. ⟨10.3917/polaf.110.0123⟩. ⟨hal-03473707⟩
55 View
203 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More